Santé connectée et mutuelles / assurances : un bon mélange ?

La santé connectée représente l’ensemble des technologies numériques utilisées pour améliorer la santé des citoyens. Elle présente plusieurs effets positifs : un vrai suivi des données santé et bien-être, une meilleure prise en charge par le médecin, une prévention facilitée.
Les assurances et les mutuelles ont vu le potentiel que peut représenter cette santé connectée. Mise au point sur le rapport entre la e-santé et les sociétés qui vous assurent.

Mutuelles et assurances, quelle différence ?

Le secteur de l’assurance se partage entre différents modèles.

Les assurances ont pour objectif la réalisation de bénéfices redistribués aux actionnaires et sont régies par le Code des Assurances. Les tarifs de l’assurance peuvent dépendre selon le sexe, l’âge, l’état de santé.

Les mutuelles sont des sociétés à but non lucratif qui ne rétribuent aucun actionnaire. Il n’y a pas de critère de sélection pour les adhérents.

Quelles sont les solutions déjà existantes ?

CEGEDIM Assurances et MyHospiPartner

Les assurances Cegedim viennent de lancer avec BePatient  une nouvelle offre de prévention en santé : MyHospiPartners.

Il s’agit aujourd’hui d’accompagner le patient durant son hospitalisation, au travers des services suivants : géolocalisation des établissements hospitaliers, simulateur des frais restant à charge, devis en ligne, prise de rendez-vous, fiches pratiques.

Le Guide de la santé connectée par Harmonie Mutuelle

guide-santé-connectée

Pour démocratiser la santé connectée, le groupe Harmonie Mutuelle a créé un site dans le but d’aider les adhérents à trouver leur objet connecté : http://www.guide-sante-connectee.fr/

Ce guide évalue les objets connectés selon l’intérêt réel qu’ils présentent pour la santé du patient, notamment à travers la fiabilité des mesures, le respect des éléments règlementaires et éthiques mais aussi les avis des utilisateurs.

Le groupe s’installe ainsi dans une position d’expert de la e-santé, à même de « prescrire » un objet connecté.

Withings Pulse et Axa

En juin 2014, le groupe d’assurance Axa a mis en place un jeu-concours qui se base sur l’activité physique de ses adhérents.

Les 1000 premiers clients souscrivant à un contrat particulier ont reçu un bracelet connecté. Si l’assuré fait 10 000 pas par jour pendant un mois, il recevra deux chèques de 50€ pour de la médecine douce et des réductions chez Withings.

Quelles sont les objections face à ce nouveau modèle ?

Face au développement de ces systèmes et la volonté des assurances de se diriger vers le remboursement des objets connectés, des objections ont été soulevées par certains usagers.

Pour les établissements d’assurance, l’enjeu est économique. En effet, si les assurés changent leurs habitudes de vie pour influer de la bonne manière sur leur santé, le niveau des remboursements de soins sera moins élevé et le coût pour ces structures plus faible.

Les inquiétudes se situent en grande partie sur les données auxquelles les assurances auront accès. Avec ces cartes en main, elles pourront modifier leurs offres en fonction de nos habitudes de vie : il serait possible qu’en échange du port constant d’un bracelet connecté, votre mutuelle diminue votre cotisation.

Attention également aux applis santé que vous utilisez : Apple a récemment approché plusieurs compagnies d’assurance santé pour leur vendre des données collectées à partir de l’application iHealth, intégrée de base dans les iPhones.

Se pose également la question du contrôle de la vie privée : quel contrôle avons-nous sur ces données si elles ne nous appartiennent plus ?

Sources :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !Share on Facebook8Tweet about this on TwitterShare on Google+1Share on LinkedIn10Email this to someone

Back to top