Wearable technology : la santé au bout des doigts

Bracelets, lunettes et vêtements connectés, ces objets de santé connectés sont en train de transformer la médecine traditionnelle. Grâce à des technologies de plus en plus élaborées, chaque patient atteint d’une maladie chronique a aujourd’hui le pouvoir de faire de l’auto-suivi médical.
Mais cette révolution numérique n’a pas que des avantages. De nombreuses polémiques ne cessent d’éclater, notamment concernant l’utilisation des données de santé. Qui les récolte et que deviennent-elles à notre insu ? Quelles mutations économiques et technologiques apporte le numérique dans le domaine de la santé ? Entre objets de santé connectée et collecte massive des données, Calendovia fait son enquête sur les innovations au service de la santé.

Objets de santé connectée : vers le futur et au-delà

Le patient gère désormais sa santé sur Internet. Entre forums d’échange et sites spécialisés, le patient précède sa rencontre avec son médecin en se renseignant au préalable en ligne. Même si la relation patient-médecin est encore physique, la médecine actuelle fait face à un comportement d’auto-suivi médical, voire d’auto prescription. C’est à partir de ce constat qu’émergent, depuis quelques années, une foule d’objets de santé connectée.
Vous les avez certainement déjà vus, à la télévision ou sur internet, peut-être même en avez-vous déjà acheté un. Bracelets, montres, brassards, plug-ins pour smartphone… Ces wearables technologies » (littéralement, les « technologies portables ») envahissent progressivement notre quotidien. Ces outils numériques s’achètent désormais dans le commerce.

Mais qu’est-ce qu’un « wearable » ? Ce terme anglophone désigne « un vêtement ou un accessoire comportant des pièces informatiques et électroniques innovantes. Ces technologies portables incluent, notamment, des vêtements, des lunettes (ex : Google Glass), des montres connectées (ex : Apple Watch) ou encore des bijoux. ».

Pour être plus précis, ces accessoires vestimentaires sont de véritables bijoux technologiques qui vous permettent, en temps réel, d’enregistrer des données médicales interprétables.
Généralement dédiés à une application sportive, leur utilisation a progressivement dérivé sur un véritable besoin de soins. C’est le cas de bon nombre d’objets connectés qui ont été spécialement conçus pour des patients atteints de maladies chroniques, comme le diabète ou le psoriasis. Pour maîtriser les symptômes de sa maladie ou les effets secondaires de son traitement, les patients ont accès à des appareils qui gèrent en temps réel leurs données de santé. Directement relié au smartphone, les différentes données enregistrées vont être analysées puis être accessibles au patient sous la forme de conseils ou d’alertes. Taux de glycémie, observance ou encore rythme cardiaque… Entre gestion des données essentielles de santé, traitement des maux et conseils de soins, les objets connectés se transforment en véritables auxiliaires de vie.

Apple Watch - blog Calendovia
L’Apple Watch calcule en permanence vos données santé via différentes applications de santé connectée A voir sur le Site Officiel Apple Watch.

Santé connectée : une mutation technologique

Les sociétés qui souhaitent investir dans les objets de santé connectée sont nombreuses. Cette ruée vers l’or s’est parfaitement illustrée par la multiplication des foires, salons et événements autour de la santé digitale. Chacun veut sa part du gâteau, entre innovation technologique et données de santé collectée, le gain s’annonce alléchant.
Et tandis que le secteur de la santé fait le plein de nouvelles technologies, le marketing se frotte les mains. Il faut dire que ces accessoires futuristes ressemblent de plus en plus à des bijoux, répondant fidèlement aux codes esthétiques actuels. Bracelets, montres, lunettes et oreillettes… Il est clair que le design a une sérieuse implication dans l’explosion des ventes. Alors est-ce un véritable besoin de santé ? Ou un simple phénomène de mode ?
Au regard des jeunes entrepreneurs qui éclosent partout dans le monde, avant d’avoir un objectif commercial, le but est de repousser les limites de la technologie. Créer encore et encore plus de nouveaux concepts pour améliorer le futur comme crédo. Ce secteur en plein développement regorge d’idées nouvelles et donne un véritable coup de fouet au progrès médical. Une aide inattendue qui confronte le secteur de la santé à la disruption numérique.
Autour de cette réflexion, la plupart réfléchissent à la place de l’objet connecté dans le quotidien. Contrairement au smartphone, dit « immersif » (on se concentre dessus pour l’utiliser), la véritable avancée technologique est de placer l’objet de santé connectée comme une interface avec le monde extérieur. C’est d’ailleurs le rôle de nombreux bracelets, vêtements ou oreillettes : présents avec nous dans chacun de nos déplacements, ils calculent nos données de santé sans pour autant nous demander une attention particulière. La machine nous accompagne, sans perturber le déroulement de nos activités.

Prévisionnel Cisco nombre d'objets connectés par personne - blog Calendovia
Ci-dessus, le prévisionnel Cisco concernant le nombre d’objets connectés par personne en 2020.

La gestion des données de santé au cœur de l’explosion numérique

Comment cela fonctionne ? Ces objets avec des capteurs extrêmement petits et perfectionnés, collectent en permanence des données de plus en plus précises. Cette masse de data est de plus en plus complexe à gérer à taille humaine. Quand on sait que l’utilisation des réseaux mobiles sera multipliée par 5 d’ici fin 2016, la surveillance des données santé est désormais un impératif pour les institutions politiques.

La majorité des objets de santé connectés sont américains, cela signifie que vos données sont automatiquement envoyées sur des serveurs aux Etats-Unis. Puis, elles sont auto quantifiées et diffusées largement au travers du monde. Acheter un produit étranger revient souvent à offrir l’utilisation de ses données de santé à des entreprises inconnues et à des fins mystérieuses. La France, très en retard sur la démocratisation des produits connectés, prend conscience de l’importance de la gestion de la vie privée et tente de se rattraper tardivement…
En moins d’une vingtaine d’années, l’enregistrement des données a complètement explosé. Peu de réponses pour beaucoup de questions : qui exploite ces données ? A quoi servent-elles ? Quel impact cela a-t-il sur notre santé ? Les entreprises américaines restent très vagues sur leur utilisation. Techniquement l’utilisation et le stockage des données de santé devraient venir en aide aux patients et à la recherche médicale, mais le cadre de consommation étant principalement lié au marketing, leur intendance devient presque impossible.
Dans ce cadre où les données personnelles et impersonnelles sont confondues, le devoir de protection est avant tout politique. Même si le risque zéro n’existe pas concernant le piratage ou l’utilisation frauduleuse des données, un monde sans numérisation semble désormais impossible. Cette révolution de la médecine ne devra pas se faire au détriment du patient mais avec le patient. La recherche médicale doit pouvoir continuer sans pour autant bafouer les droits du patient.

Inquiétude sur la recolte des données de santé - blog Calendovia
69% des français pensent que les vêtements connectés représentent un danger, via Observatoire Orange/Terrafemina

Le rôle du médecin dans la santé digitale

En se focalisant de plus en plus sur « le » patient dans sa singularité, les fondements de notre système de santé se désagrègent progressivement vers une médecine individualisée. L’anticipation des maladies est simplifiée, accélérée et instantanée.
Au-delà de la technicité de la circulation des données médicales, le médecin traditionnel a son rôle à jouer. Dans l’attente d’un cadre législatif, il est précepteur des objets de santé connectée. Il doit amener le patient à se poser plusieurs questions. A savoir :

  • A quoi cette application/cet objet de santé connecté m’est utile ?
  • En quoi cette application/cet objet de santé connecté me rend un vrai service dont j’ai besoin ?
  • Est-ce que cette application/cet objet de santé connecté vaut la peine que je donne des informations personnelles ?

Le médecin doit aussi s’informer et mesurer les avantages et risques des objets pour pouvoir être en mesure de les prescrire au patient… ou de les déconseiller !

De son point de vue, le médecin va profiter pleinement de cette disruption numérique pour se recentrer sur son cœur de métier. En effet, avec moins de tâches administratives et procédures à gérer, il aura plus de temps à consacrer à ses patients physiques. Les applications et objets de santé connectée vont également lui permettre de gérer le suivi-médical de ses patients à distance et d’anticiper les maladies. Enfin, son rôle sera également d’encadrer les patients qui souhaitent faire leur propre auto-suivi médical et d’apporter leur assistance en complément des conseils donnés par la machine. C’est un lien supplémentaire qui ne peut que renforcer la relation médecin-patient.

La santé digitale : responsabilité collective

Cette transition n’est pas seulement une question de logiciel et de médecine. Plusieurs parties prenantes rentrent en ligne de mire :

  • Les médecins mais aussi les centres hospitaliers et cliniques, les pharmaciens et tous les professionnels de santé ;
  • Les start-ups et entrepreneurs avec des concepts créatifs et produits à ajouter au marché ;
  • Les institutions politiques qui vont devoir encadrer juridiquement la disruption numérique et le système de santé actuel pour protéger les droits de chacun ;
  • Les banques qui investissent dans les produits de santé connectée (application, objets, robots chirurgicaux…) et dans la recherche ;
  • Les assureurs, incluant l’Assurance-maladie en France, qui vont également pouvoir encourager les comportements de santé responsables auprès de leurs assurés ;
  • Google et Apple devront s’assurer de la bonne sécurisation de leurs cloud de données médicales et faire preuve de transparence envers les utilisateurs.
Open source santé - blog Calendovia
Et si l’abondance de données de santé était gérée et non nuisible ? A lire sur Slate.fr

Le progrès numérique au cœur de la santé est incontournable. La tendance ne cesse de s’accentuer, la présence désormais quotidienne des objets et applications de santé connectée est symbole d’une révolution dans notre approche du monde médical.
Et dans ce profond changement, le citoyen qui génère de plus en plus de données personnelles doit s’imposer et devenir décisionnaire de leur utilisation. Une meilleure santé pour tous ne peut passer par l’oubli des droits de chacun et le non-respect de ses données de santé.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !Share on Facebook19Tweet about this on TwitterShare on Google+2Share on LinkedIn22Email this to someone

Back to top