WEEKLYSANTE /15

19 Octobre 2015 - 26 Octobre 2015

Retour sur les actus e-santé de la semaine

Cette semaine dans le Weeklysanté, résumé du 2e baromètre digital du CESSIM et d’IPSOS, mise au point sur la sortie du magazine de la FHF et usages des réseaux sociaux dans les hôpitaux.

Pratiques numériques des professionnels de santé

Le CESSIM (Centre d’Etudes sur les Supports de l’Information Médicale) et l’IPSOS ont publié la semaine dernière une étude sur les pratiques numériques des professionnels de santé. Il s’agit du deuxième baromètre digital.

Ce bilan est particulièrement intéressant : il fait le point sur certains aspects du parcours de soins et sa digitalisation.

71% des médecins généralistes se connectent au moins 1 fois par jour à internet dans le cadre professionnel contre 62% de spécialistes.

72% des médecins utilisent leur support mobile, que ce soit smartphone ou tablette, dans un usage professionnel et par rapport à 2014, on observe une hausse de 7% des généralistes possédant un smartphone.

En revanche, ce sont les pharmaciens qui utilisent le plus Internet comme outil de formation (60%).

Les réseaux sociaux ne sont que peu utilisés par les professionnels de santé pour s’informer, la presse médicale est encore la source d’information privilégiée.

Sortie du magazine de la FHF

Le magazine de la FHF (Fédération Hospitalière de France) numéro 25 est sorti !

Le dossier de ce trimestre établit un focus sur les nouvelles technologies au service des hôpitaux. Les TIC les investissent de plus en plus et modifient les étapes du parcours de soins. Les applications mobiles dédiées à la santé représentent 99 milliards d’euros et il existe plus de 100 000 applications de m-santé.

Que ce soit à travers les consultations de télémédecine ou les organes imprimés en 3D, les nouvelles technologies changent profondément les relations entre patients et soignants.
Par exemple, le robot Nao, utilisé en milieu hospitalier pour aider les professionnels de soins, est une preuve de la belle intégration du numérique dans le secteur médical.

En termes de formation, ces nouveaux usages permettent un entrainement différent aux gestes techniques de la médecine : les serious games et les technologies qui rectifient les gestes améliorent la qualité de pratique des étudiants.

L’impression d’organes ouvre de nouvelles possibilités de soins, les nanotechnologies pourront bientôt permettre de détecter des cancers beaucoup plus rapidement et de façon plus précise.

Hopitaux publics et usages des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux débarquent dans les hôpitaux !

Cette semaine, IBM a réalisé un petit tour d’horizon des hôpitaux et de leur utilisation des réseaux sociaux.

Il s’avère qu’en 2014, 27 hôpitaux publics sur 39 étaient présents sur les réseaux sociaux et beaucoup d’entre eux sont sur Facebook et/ou sur Twitter.

C’est cette présence que My Hospi Friends a souhaité organiser dans un réseau social interne aux hôpitaux.

Plusieurs enjeux sont apparus sur ces réseaux, que les hôpitaux peuvent mettre à profit :

  • Pour informer le public : il est possible de donner des informations sur l’actualité de l’établissement en temps réel.
  • Pour accompagner le malade : une communauté de patients interne à l’hôpital se crée. Cela permet aux patients de se divertir, de trouver des personnes à qui parler et de ne pas discuter nécessairement de pathologies dans cet environnement médical. Un réseau social interne peut amener un vrai accompagnement psychologique au malade.
  • Pour promouvoir des événements : conférences, événements dédiés aux patients, autant de moments marquants de la vie de l’hôpital qui sont plus faciles à relayer.
  • Pour appeler aux dons et au mécénat

De plus en plus d’hôpitaux choisissent cette solution pour dynamiser leur structure.

MyHospiFriends
Exemple de statut sur My Hospi Friends

Relisez le #Weeklysanté /14 de la semaine dernière Weeklysanté #14 – 12/10 au 19/10 2015

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn10Email this to someone

Back to top