WEEKLYSANTE /22

1er Janvier 2016 - 11 Janvier 2016

Retour sur les actus e-santé de la semaine

Cette semaine dans le Weeklysanté, focus sur trois études parues récemment : Quantified Self, données de santé et recherches sur Dr Google.

Le Quantified Self et les données de santé

L’AFCDP (Association Française des Correspondants à la Protection des Données à Caractère Personnel) a publié récemment le rapport d’un groupe de travail sur le Quantified Self et les données de santé.

Ce rapport fait un point sur ce qu’est le Quantified Self et réalise un tour d’horizon des acteurs de cet écosystème : utilisateurs, fabricants, partenaires, communautés, professionnels de santé, fournisseurs …

Le rapport établit plusieurs constats :

  • Une application Quantified Self ne produit des données à caractère personnel que si celles-ci peuvent mener à l’utilisateur final.
  • Les données relatives à la santé sont celles qui permettent d’identifier la nature d’une affection, d’un handicap ou d’une déficience : si une mention est générale et ne révèle pas la pathologie de la personne concernée, ce n’en est pas une.
  • Les données de santé sont donc des indications qui permettent de relier une pathologie à un patient : indication de jambe cassée, indication de port de lunettes, données sur les habitudes de fumeur ou la consommation de boissons, achat de produit permettant de déduire un état de santé …

Grille-d'analyse-QS-données-santé

Sources :

Quelle utilisation de Dr Google ?

Dr-google

Le Journal of Medical Internet Research a publié les résultats d’un sondage sur les recherches Internet en santé et les attitudes de navigation des patients.

Il en est ressorti que les malades chroniques cherchent plus d’informations médicales que les autres patients.

Un élément particulièrement intéressant de ce rapport est le constat qu’il établit sur les raisons pour lesquelles les patients recherchent des informations sur Internet.

En effet, dans la majorité des cas, les recherches sont destinées à confirmer le diagnostic du professionnel de santé et non pas à l’infirmer.

Il ne s’agit pas de contredire son médecin, mais bel et bien d’en savoir plus sur sa pathologie dans le but d’échanger avec lui : cela pourrait donc bien être une façon d’améliorer sa relation avec le professionnel de santé.

Source :

Les objets connectés et l’usage des données : perception des français

Il s’agit cette fois d’un baromètre IFOP : il révèle la perception qu’ont les français sur l’utilisation des données dans le cadre de l’usage des objets connectés.

Les français connaissent bien les objets connectés : 57% des français savent ce dont il s’agit. On retrouve cependant beaucoup de méfiance de la part des consommateurs face à ces objets.

La population française sait que ces objets produisent de la data et est globalement inquiète quant à l’utilisation de celle-ci et les risques qui y sont liés, que ce soit le risque de fuite ou de mauvaise protection des données.

D’ailleurs, peu de français savent que leurs données leur appartiennent. Ils pensent qu’elles dépendent de l’OS du téléphone.

Face à l’utilisation de ces données à des fins commerciales, la population reste sceptique : beaucoup pensent que la vente des données est possible même sans accord de l’intéressé.

16% des français seraient cependant d’accord de partager leurs données seulement s’ils en tirent un avantage, et les jeunes sont plus ouverts à ce principe.

Source :

Relisez le #Weeklysanté /21 de la semaine dernière Weeklysanté #21 – 30/11 au 12/12 2015

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !Share on Facebook3Tweet about this on TwitterShare on Google+1Share on LinkedIn3Email this to someone

Back to top